Fiche biographique

Bernoulli, Jean I (1667 - 1748)

Naissance
27.01.1667 à Bâle
Décès
01.01.1748 à Bâle
Confession
Protestant
Lieu d'origine
Bâle
Nationalité
Suisse (BS)
Etat civil

Fils de Nicolas B., marchand et membre du Grand Conseil, et de Margarethe Schönauer. Epouse Dorothea Falkner, de Bâle.

Biographie

Maître ès arts en 1685, B. étudie la médecine à Bâle (licence en 1690) et obtient le doctorat en 1694. Il est initié aux mathématiques par son frère aîné, Jacques. B. séjourne à Paris entre 1691 et 1692. Il est membre de plusieurs académies et reprend la chaire de mathématiques de Bâle entre 1705 et 1748. Gabriel Cramer et Leonhard Euler sont ses élèves.

"Il donna des cours privés, dont Guillaume de L'Hôpital tira le premier manuel de calcul différentiel, Analyse des infiniment petits (1696), contenant notamment la règle de Bernoulli-L'Hôpital. Appelé à la chaire de mathématiques de Groningue en 1695, B. y donna ses premières leçons sur le calcul intégral et, par une habile analogie tirée de l'optique, montra que la courbe de descente la plus rapide d'un point dans le champ de la pesanteur était une cycloïde. [...] Dans sa période bâloise, il s'intéressa de plus en plus à la mécanique et à l'astronomie. Il critiqua la façon dont Newton traitait le problème de Kepler, le mouvement du pendule et du projectile soumis au frottement. Il résolut le problème inverse des forces centrales, détermina la trajectoire balistique d'un projectile en tenant compte du frottement et le point d'oscillation d'un solide, et donna une première version analytique du principe des déplacements virtuels. Dans la controverse sur la "force vive", il prit parti contre Descartes et en faveur de la dynamique de Leibniz, qu'il défendit aussi contre Newton dans la querelle sur la priorité des découvertes. La diffusion du calcul infinitésimal leibnizien en Europe doit beaucoup à B., à ses ouvrages, à sa correspondance (on conserve quelque 3500 lettres) et à son enseignement"
(source: extrait tiré de F. Nagel, "Bernoulli, Jean", in Dictionnaire historique de la Suisse, version du 08.09.2004)

Commentaires sur son oeuvre/ses écrits
Fonctions publiques et privées
  • 1695 - ?  chaire de mathématiques à Groningen
  • 1705 - 1748  chaire de mathématiques à Bâle
Sociétés et académies
  • 1695 - 1748  Académie - Groningen
  • 1699 - 1748  Académie des sciences - Paris
  • 1701 - 1748  Académie royale des sciences - Berlin
  • 1712 - 1748  Société royale - Londres
  • 1735 - 1748  Académie - St. Petersbourg
  • 1705 - 1748  Académie - Bâle
Relations et contacts