Fiche biographique

Bernoulli, Jacques (1654 - 1705)

Naissance
27.12.1654 à Bâle
Décès
16.08.1705 à Bâle
Confession
Protestant
Lieu d'origine
Bâle
Nationalité
Suisse (BS)
Etat civil

Fils de Nicolas B., marchand et membre du Grand Conseil, et de Margarethe Schönauer. Epouse Judith Stupan, de Bâle.

Biographie

Maître ès arts en 1671, B. étudie la théologie à Bâle et obtient sa licence en 1676. Il se forme également aux mathématiques en autodidacte, notamment lors de ses séjours à l'étranger entre 1676 et 1682 (Genève, France, Hollande, Angleterre et Allemagne). B. est précepteur à Genève et en France entre 1676 et 1680. De retour à Bâle, il donne des cours privés de physique experimentale (dès 1683), puis est nommé à la chaire de mathématiques de l'université (1687-1705). La chaire sera ensuite tenue par son frère (Jean I) et son neveu (Jean II).

Commentaires sur son oeuvre/ses écrits

"A partir de 1689, il fit paraître à Bâle cinq thèses sur les séries infinies, appliquées surtout à la quadrature et à la rectification des courbes. Il s'y servait de l'inégalité dite de B. et, pour la première fois, de l'induction complète comme moyen de preuve général et systématique. B. et son frère Jean parvinrent à reconstituer par leurs propres moyens le calcul infinitésimal inventé par Leibniz dès 1684, ce qui leur permit de nombreuses découvertes (theorema aureum sur le rayon de courbure en 1691). B. publia dès 1690 des travaux de géométrie différentielle sur les courbes (spirale parabolique et logarithmique, chaînette, vélaire, lintéaire, isochrone et brachystochrone par exemple) et sur l'équation différentielle dite de B., dans lesquels il fut le premier à utiliser, en 1691, le terme d'"intégrale", qui avait été forgé à Bâle et repris par Leibniz. Lors de la querelle avec son frère Jean sur le problème des brachystochrones, il jeta les bases dès 1692 du calcul des variations. [...] Il tint depuis 1677 un journal de ses découvertes, les Meditationes, partiellement publié. On y trouve les prémisses (introduction des nombres de B., première formulation de la loi des grands nombres, loi fondamentale de la statistique aujourd'hui encore) d'une systématisation du calcul des probabilités, objet de l'Ars conjectandi, livre inachevé et posthume (Bâle, 1713). Des recherches sur la forme d'une poutre chargée permirent à B. d'élaborer la théorie systématique de l'élasticité, d'où procédera la solution de nombreux problèmes techniques. Plutôt renfermé et de santé fragile vers la fin de sa vie, B. eut peu d'élèves; citons son frère Jean, son neveu Nicolas et surtout Jacob Hermann, de Bâle. Il correspondit avec son frère Jean, et principalement avec Leibniz et Nicolas Fatio de Duillier."
(source: extrait tiré de F. Nagel, "Bernoulli, Jacques", in Dictionnaire historique de la Suisse, version du 08.09.2004)

Fonctions publiques et privées
  • 1683 - 1687  professeur de physique expérimentale (cours privés) à Bâle
  • 1687 - 1705  professeur de mathématiques à Bâle
Sociétés et académies
  • 1699 - 1705  Académie des sciences - Paris
  • 1787 - 1705  Académie - Bâle
  • 1701 - 1705  Académie royale des sciences - Berlin
Relations et contacts
  • Neveu/Nièce: Bernoulli, Daniel
  • Correspondant: Leibniz, Gottfried Wilhelm von (1646-1716)

Fonds d'archives
Littérature primaire