Transcription

Mirabeau, Victor de Riqueti, marquis de, Lettre à Marc Charles Frédéric de Sacconay, Paris, 27 janvier 1759

de paris le 27e janvier 1759

je n'ay pas répondu plutost mon cher amy a votre lettre du
2 du courant; attendu qu'il est impossible que je vous fusse
d'aucun secours dans une affaire qui m'intéresse autant
que vous puisqu'elle attaquoit votre tranquillité et votre
honneur; elle m'a donné le plus véritable chagrin. je ne puis
croire votre paÿs assès corrompu pour avoir vu cette affaire
lâ dans son vray sens et luy en avoir voulu donner un si
damnable; s'il y a entre vos juges quelqu'un de capable de
cela malheur a luy, le dieu tonnant est sur sa tète et maudit
sa postérité; je suis plus que vous en lieu de voir de vilaines choses
mais en général je trouve les hommes plus fous qu'atroces et
mauvais. il faut tacher de considérer les choses de ce biais la
d'autant qu'aussy bien la prudence nous conseilleroit les
mèmes démarches quand ils seroient pis, que celles que ce senti=
ment nous doit suggèrer. en général les voyes de fait sont
odieuses de leur nature dans les républiques, on vous aura
montré comme l'aggresseur en ce genre, et toutes les préventions
qui couvoient soux la dure cendre de la mortification et de
l'envie impuissante depuis votre admission dans le deux cent
se seront réveillèes et auront joué leur jeu. vous avès voulu
vous embarquer dans cette carriere de brigues, ce qui n'étoit
<1v> une nécessité qu'au cas que vous eussiès eu des garçons; je vous
crois vu de trop bon oeil par la providence pour avoir de grands
talents en ce genre, au moyen de quoy je ne vous vois qu'une seule
manière de parer a des réveils continuels de tribulation qui est
de vous tenir envelopé de votre propre vertu et de marcher sur
ce pavé semé de clouds de rue et de morceaux de verres cassès
comme un éléphant marche sur des chenilles, sans les voir, sans
les éviter, sans leur courir après; amitié a tout le monde,
rancune avec aucun; les hommes sont faits de manière qu'ils
oublient aisément le mal qu'ils nous ont fait et voulu faire
quand nous l'oublions touts les premiers. je scay que l'honneur
est bien délicat, mais l'honneur d'un homme de bien est inac=
cessible; il faut sourire a ces sortes d'attaques, et dire a cet
égard les 4 conseils assemblés ne me rendroient pas un poil
des sourcils blancs avant le temps
. la méthode que je vous
prescris quand au 1er de ces deux points a été la mienne de
tout temps et je m'en trouve très bien; quand a la au seconde
j'ay été taté un instant autrefois en ce genre, a la vérité
par des fous, je n'ay fait que sourire; escentiellement parlant
la bonté divine m'a épargné cet article, mais je sens qu'il
n'y que ce qui va a ma taille qui me pourroit gèner et que
je serois fort tranquille sur le reste. malheureusement, j'ay
a cet égard le nez de verre par bien des endroits; vous qui
étes infiniment plus sage, corrigès vous vous mème, et dailleurs
bravès les traits de l'envie et de la calomnie.

adieu mon très cher, mes respects a Me votre digne épouse
<2r> tenès moy au courant de votre affaire et vous souvenès de
cette parole du st esprit, nemo laeditur nisi a se ipso personne
n'est blessé que par soy mème; adieu je vous embrasse du plus
tendre de mon coeur Mirabeau


Enveloppe

a monsieur
Monsieur de Saconnai
a Berne en Suisse 


Etendue
intégrale
Citer comme
Mirabeau, Victor de Riqueti, marquis de, Lettre à Marc Charles Frédéric de Sacconay, Paris, 27 janvier 1759, Collection privée. Selon la transcription établie par Lumières.Lausanne (Université de Lausanne), url: http://lumieres.unil.ch/fiches/trans/241/, version du 18.05.2017.
Remarque: nous vous recommandons pour l'impression d'utiliser le navigateur Safari.