Transcription

Mirabeau, Victor de Riqueti, marquis de, Lettre à Marc Charles Frédéric de Sacconay, Paris, 05 mars 1750

de paris ce 5e mars 1750

je suis bien faché mon cher amy d'aprendre que cette vilaine
fièvre 3 caractères biffure quarte vous tourmente encore, il n'est que trop
commun que les fièvres d'automne et d'hyver attendent au retour
de la belle saison pour quitter le malade; heureusement cette attente
ne sera pas longue si le climat est le mème cette annèe dans vos
cantons qu'il est icy, nous y avons eu dès le mois de fèvrier le
printemps a la suitte d'un hyver qui a eté prèsque nul, et main=
tenant il ny a de feu nulle part qu'un peu le soir, je crains bien
cepandant que ce dèrangement de saisons ne nous coute nos fruits
et nos raisins comme il fit l'annèe passèe qui cepandant eut un
hyver. les maladies sont aussy une suitte fort ordinaire de ces
sortes de dèrangements il y en a eu beaucoup dans les campagnes
occasionnèes par la misère et l'on a craint de les voir devenir
èpidèmiques, il y a actuellement bien des fièvres malignes; conser=
vès vous mon cher amy pour vous, pour votre famille et pour
vos amis et faites moy donner de vos nouvelles.

ce que vous a rèpondu le directeur des postes touchant ma demande
est tout simple attendu que je reçois plusieurs lettres d'italie
<1v> qui ne reçoivent aucun retardement, mais cela ne s'accorde pas avec
une lettre circulaire et moulèe que je reçus très bien a mon adresse
qui m'avèrtissoit qu'il y avoit a son bureau plusieurs lettres qui
attendoient, ce qui fut cause de ce que je vous manday pour lors.

je n'ay vu Mr de bressona qu'une fois depuis que je vous en écrivis
il me dit qu'il tachoit d'aprendre le jeu avant d'aller ou Me de Mira=
beau le vouloit mener, parcequ'elle l'avoit prèvenu que le jeu étoit
trop fort et les acteurs avides de commençants; le carème qu'on fait
chex moy, m'a empèché de le prier a diner depuis.

adieu mon cher saconay, ne prenès pas pour vrayes les idèes que vous
prèsentera votre imagination emue par les vapeurs d'un corps dèr=
angé par la fièvre, vous ètes heureux, vous aurès tout ce qu'il faut
pour lètre quand la fièvre quarte vous aura quitté. adieu mon cher
garçon que j'aime tendrement.

Mirabeau

mes respects a Madame.


Enveloppe

Monsieur
Monsieur perreault a genève
pour faire tenir a Mr de saconay
genève


Etendue
intégrale
Citer comme
Mirabeau, Victor de Riqueti, marquis de, Lettre à Marc Charles Frédéric de Sacconay, Paris, 05 mars 1750, Collection privée. Selon la transcription établie par Lumières.Lausanne (Université de Lausanne), url: http://lumieres.unil.ch/fiches/trans/164/, version du 03.04.2017.
Remarque: nous vous recommandons pour l'impression d'utiliser le navigateur Safari.