Transcription

Guisolan, Maxime (1735-1814), Lettre au Père Girard, Fribourg, 10 octobre 1803

1803

Monsieur

Les prejugés favorables, qu'on a de ma personne
me confondent, et m'humilient: je me sens, helas!
bien eloigné des qualités, qu'on me suppose. Loin de
féliciter le diocèse de Lausanne sur mon Election,
on ne lui doit, ainsi qu'a moi qu'un compliment
de condoléance .

Si jetois entré dans ce redoutable Ministère par toute
autre voye que celle de L'obeïssance au Chef de l'Eglise,
j'en serois au déséspoir. Mais j'ose le dire, que le seul
devoir de la soumission a la suprême Autorité m'a
engagé de sacrifiér le repot de ma retraite, et de me charger
de ce pénible fardeau. Ouï j'ose me flatter, que mes vuës
sont pures, mes desseins salutaires: je suis de le dernier
besoin du recours d'en haut: Veüllez, Monsieur! contribuer
a me l'obtenir.

Quand à l'établissement de la Paroisse, qu'on doit a votre zèle
soutenu par le Sgr, j'y prendrai le plus vif interêt. je n'ai
<1v> Point encore l'administration du diocèse; je vous prie en attendant
de bien vouloir vous prêter a affermir l'ouvrage, que vous avez
commencé; je serai dans l'embarras de vous remplacer, l'estime,
que vous vous êtes acquise a tous les egards, rendra le choix plus
difficile. j'en conférerai avec Mr le sécrétaire .

Monsieur

Votre tres humble et obss:
serviteur fr. Maxime Capucin
Elus Evêque de Lausanne.

Fribourg 10 8bre
1803.

Etendue
intégrale
Citer comme
Guisolan, Maxime (1735-1814), Lettre au Père Girard, Fribourg, 10 octobre 1803, cote BCUF Papiers Grégoire Girard, LE 23 1803.5. Selon la transcription établie par Damien Savoy pour Lumières.Lausanne (Université de Lausanne), url: http://lumieres.unil.ch/fiches/trans/1247/, version du 19.11.2020.
Remarque: nous vous recommandons pour l'impression d'utiliser le navigateur Safari.