Fiche biographique

Gagnebin, Abraham (1707 - 1800)

Naissance
20.08.1707 à Renan
Décès
23.04.1800 à La Ferrière
Confession
Protestant
Lieu d'origine
Renan; La Chaux-de-Fonds
Nationalité
Suisse (BE)
Etat civil

Fils d'Abraham, maître chirurgien, et d'Anne-Marie née Sandoz. G épouse en 1735 Esther Marie Marchand, fille de Jacob, de Sonvilier.

Biographie

A Bâle de 1721 à 1725, G. fit ses premiers pas en botanique avec Theodor et Johann Rudolf Zwinger. Dès son retour, G. étudia sa région, puis s'engagea comme chirurgien dans un régiment au service de France (1728-1734), récoltant des échantillons botaniques au gré de ses déplacements. Installé à La Ferrière comme médecin-chirurgien dès 1735, s'occupant aussi de météorologie et de paléontologie, G. correspondit avec Albert de Haller (dès 1739) et d'autres célébrités. Avec son frère, il constitua un cabinet de curiosités qui acquit une grande renommée. En 1765, quand Rousseau vint herboriser chez G., le catalogue mentionnait des milliers d'objets d'histoire naturelle, près de sept cents monnaies et médailles. Le cabinet fut dispersé entre 1795 et 1826 (les musées de La Chaux-de-Fonds, de Bâle et de Delémont en possèdent des pièces).
(source : extrait tiré de M. S. Jacquat, "Gagnebin, Abraham", in Dictionnaire historique de la Suisse, version du 19.06.2007)

Commentaires sur son oeuvre/ses écrits

Membre de la Société économique de Berne (1768). G. publia de nombreux articles dans les Acta helvetica (Bâle). Son œuvre, dont le catalogue des plantes de l'évêché de Bâle a disparu, a stimulé le mouvement scientifique dans la région. G. utilisa notamment la taxonomie binominale de Linné.
(source : extrait tiré de M. S. Jacquat, "Gagnebin, Abraham", in Dictionnaire historique de la Suisse, version du 19.06.2007)

Fonctions publiques et privées
  • 1728 - 1734  Chirurgien à Service de France
  • 1735 - ?  Médecin-chirurgien à La Ferrière
Sociétés et académies
  • 1768 - ?  Société économique - Berne (1759-?)
Relations et contacts

    Fonds d'archives

    Archives de l'Etat de Neuchâtel (AEN), quelques pièces isolées.