Transcription

Mirabeau, Victor de Riqueti, marquis de, Lettre à Frédéric de Sacconay, Paris, 30 avril 1782

de paris le 30 avril 1782

jay reçu mon très cher et très digne amy, votre lettre du 15
vous me consolés sans doute en me ramenant a la consideration
du passé qui m'a du préparer a l'inconséquence actuelle de la
conduitte du sr honoré, et qui seroit propre mème a m'y faire trou=
ver du mieux; mais j'ay bien peur mon cher que le mal n'ait empiré
pour moy, de tout l'intérest que je suis maintenant obligé d'y prendre
dont j'étois autrefois fort éloigné, quand cet intérest ne seroit que pé=
cuniaire il m'écrasa et c'est quelque chose dans mes circonstances
actuelles, et ce peut etre tout.

il m'avoit envoyé le nouvel arrest de neufchatel sur lequel ils fondent
tant d'espérance; je voudrois pouvoir y prendre comme eux, mais
j'en suis bien loin; quoyqu'il en soit j'ay reçu la réponce de Mr de
marval, et je vous renouvelle mes remerciments, mon cher amy.

le cher vient d'obtenir le brevet et la place de colonel ou mestre de
camp comme ils disent, qu'avoit Mr de fléchein qui a commandé a l'action
ou il étoit en second. le don mème est motivé d'une maniere particuliere
et fort honorable, et je fais copier icy la lettre par laquelle le ministre m'en
a fait part. c'est un succès selon le paÿs, et il n'a pas fallu etre maladroit
car il y a 200 femmes a versailles, par l'abus des maisons multipliées;
elles ne reçoivent pas d'apointements de quoy payer leurs gands, et
toutes sont a l'affut des graces, des emplois, et des moyens; mais mon amy
quelles épines autour de tels succes. cette guerre si ruineuse pour létat,
pour les corps, puisqu'on y enterre les 9 dixièmes de tout ce qui débarque,
lest encor plus pour les familles; toutes s'y écrasent pour soutenir leurs
enfants et finalement y renoncent; il y a tel bien ou ils ont paye 15 six
onces de pain, tout y manque, tout sy consomme de soy, et mon fils qui s'en=
voit sans apointements est écrasé de dettes, après avoir tiré sur moy
<1v> plus que je ne pouvois et fort au dela de ce que je luy avois promis de ne
pas dépasser, attendu son dérangement fol d'autrefois.

la tète m'en tourne ainsy que de l'autre; et cela au milieu du procès avec cette
femme au sujet de ces liquidations, procès que l'on traine. j'ay produit mon
conte ou les remises excédent les reprises, et au milieu de cela, et dans un des=
ordre effroyable, saisie de toutes parts, parcequ'elle prend tout et ne paye
personne, cette femme vient d'obtenir par les plus viles intrigues une
provision subite de 12'000 lb contre moy, qui luy ay rendu son bien il y a
un an, qui ne luy dois rien et au contraire, quand je luy devrois ce sont
des fonds, que selon la loy, elle ne peut aliéner, et par conséquent toucher
et l'on vous dit, cela se restitue, comme s'il m'importoit d'avoir des capitaux
sur son bien, et si cela pouvoit payer les amis, qui seuls peuvent me secou=
rir en pareil cas. enfin mon amy voila la vie et comment la providence
veut me tenir toujours sur le chevalet.

ne dites pas que les oeconomistes ont écrit pour les natifs; dupont a écrit
m'a t on dit, mais en cela ils n'etoit pas oeconomiste, et la doctrine seroit
malheureuse si elle devoit cautionner touts les écarts de ses écrivains. je ne
leur ay pas écrit comme cela moy, quand je me suis fait laisser par ces
Mrs qui m'honoroient de leurs pamphlets &c. je trouverois bien quelque part
ma lettre qui etoit bonne et positive, mais je scais bien que je leur annonçois
laristocratie nécessaire, et la démocratie plus héterogène encor aux lieux
ou presque tout est du ressort de la police et des ordres, qu'a ceux ou tout
va par la justice et les loix.

on parle icy d'un envoy de troupes sur cette frontière, il me semble que
toute puissance qui a renoncé au titre de médiateur, ne peut se présenter
et influer sur ses voisins, en armes sur tout, que comme oppresseur. je
conte beaucoup sur votre sagesse a vous autres bernois; on pourroit conter
aussy, en vérité, sur léquité naturelle et la modération innée du roy; mais
icy l'on voit les choses de si loin et a travers tant de prismes touts défec=
tueux, que cest miracle, si l'on prend des résolutions modérées; et lesprit
1 mot écriture dailleurs, toujours françois et toujours jactantieux, ne scait proposer
qu'une seule et mème maniere, pour touts les noeuds gordiens du monde.

<2r> je vous répète que je conte sur votre sagesse et nous en avés bon besoin
plus encor pour le fait des fribourgeois; un ministre éclairé et bien apris
comme vous allés voir, disoit l'autre jour a sa table que si l'on bruloit genève et ses habi=
tans, le roy y gagneroit 25 millions de rentes viagères. oh maintenés moy des
républiques avec cela, comme si légalité de pouvoir ne dépandoit pas de legalité
de cuisines, de chevaux, de valets, de moyens &c. cest en cela qe la religion est la
clef nécessaire des societés humaines; elle met le pouvoir si haut, que personne
n'y peut atteindre ny le récuser. les anciens aimoient les républiques aussi firent
ils la pluralité de dieux l'un ne peut pas plus se soutenir que l'autre; et dans
les municipalités mème (car nos républiques modernes ne sont que cela) le pou=
voir tend toujours a se resserrer. cest la loy de la nature mème qui ne prend
extension que par effort et tend au resserrement d'elle mème. pour le coup mon
amy, 2-3 mots si ce nest lâ politiquer en homme sage, ce sera du moins
politiquer en sage femme.

je verrois avec grand plaisir Mr de fégél, tel que vous me le dépeignés
mais je doute que quand il sera a paris, il ait la mème envie de se
raprocher de moy. ce paÿs cy est le centre de la vie, qui comme vous
scavés n'est qu'un songe. il me trouveroit néanmoins très disposé
a raisonner, car j'aime les diversions et j'y prends; et cest lâ mon régime pour
me conserver et ce que j'apèle la politique de la tète qui me tourneroit sans
cette facilité et l'habitude de dormir et d'un sommeil toujours exact que
la providence me conserve. adieu mon bon amy, je vous embrasse

Mirabeau

 

Copie  de la lettre de Mr Le Mis de Segur

Du 29 avril 1782

Le Roi Mr a bien voulu acorder à Mr le Chevr de Mirabeau la
place de mestre de camp en second du regiment d'infanterie de Touraine.
Je m'empresse de vous en informer. Cette grace est d'autant plus
flatteuse pour mr votre fils, qu'elle est la recompense de la
conduite distingé qu'il a tenue en amerique, et des marques
de Zele et de bravoure qu'il a particulierement données tant à la
prise d'yoreti qu'à celle de st cristophe et je ne doute pas
qu'il ne profite de toutes les occasions pour maintenir les
dispositions favorables de S. M. à son égard

J'ai l'honneur &c


Enveloppe

a monsieur

Monsieur de Saconai à
Berne en Suisse
Par Pontarlier
a Bursinel


Etendue
intégrale
Citer comme
Mirabeau, Victor de Riqueti, marquis de, Lettre à Frédéric de Sacconay, Paris, 30 avril 1782, Collection privée. Selon la transcription établie par Lumières.Lausanne (Université de Lausanne), url: https://lumieres.unil.ch/fiches/trans/703/, version du 14.09.2020.
Remarque: nous vous recommandons pour l'impression d'utiliser le navigateur Safari.