Transcription

Mirabeau, Victor de Riqueti, marquis de, Lettre à Frédéric de Sacconay, Paris, 31 août 1784

de paris le 31e aoust 1784

J'attendois avec impatience votre lettre mon cher amy: vous
m'en aviés écrit une autre du 2 de ce mois que je n'oublie pas
mais comme la dame amie partoit au moment ou je la reçus, et
que je contois bien sur le plaisir que vous feroit leur arrivée, et
que je vous écrivois par eux une petite lettre, j'attendois celle cy
pour converser vrayment avec vous.

le plaisir de la dame amie en vous voyant a bien été réciproque
et je vous vois vous embrasser; elle me parle aussy de Mr votre
gendre qui est un très beau jeune homme qui me plait infiniment.
ce sont ses expressions. le voila qui bientôt se mettroit au lit, s'il
etoit chex les malabares; jespère que Me de vateville qui achèvera
de laisser la coque de Melle marianne, s'en relèvera plus fraiche et
plus belle que jamais. il ne tiendroit pt qu'a moy de luy mener Me
du saillant qui luy feroit voir qu'on ne maigrit pas pour avoir
fait quinze de ces sortes de parenthèses, et en vérité si j'avois l'argent
le temps, l'opportunité, et le congé des affaires, elle me le proposoit hyer
dans ma joye d'avoir la lettre de mon amy, me disant que bonette
sa fille luy tiendroit lieu de femme de chambre. celle lâ du moins
qui épouseroit fort bien Mr et Me de Rolla et n'assortiroit pas mal
l'humeur avenante et jouissante de la maison, a travers quelque
gaucheries, feroit voir que 1 mot biffure les femmes de paris ne sont pas toutes
des pingrenons a vapeurs, et la dignité douée et touchante de Me
de chandieu luy pardonneroit en faveur de la franchise, ou s'occuperoit
du bon homme de père, qui scait bien encore discerner et sentir. tout cela
<1v> mon bon amy sont pour le présent rèves de forçat qui est a la
chaine, et mieux vaudroit sans doute ètre aux petites maisons et s'y
croire comme celuy qui pensoit ètre préposé a touts les jours de noce
et qui disoit, l'été encor passe, cela n'excède pas mes forces, mais l'hyver
c'est trop, et voyés comme ils m'accomodent
, que ne puis je aincy penser
mon amy que je suis a bursinel ou vous allés batir pour vos bambins
cest lâ la différence, lhyver sera temps de repos pour 1 mot biffure ce genre
de fabrique,voila la différence tandis que je soupçonne quil ny aura
guère de saison morte pour le travail de garnir votre nouveau corps
de logis.

ouy mon cher saconay les princes voyagent et se voyent, et se font voir
et nous voyent, et je ne scais si cest pour le mieux de loin c'est quelque
chose
dit le fabuliste &c. si vous voyés comme moy jouer figaro
et le concours étonant pour cette farce scandaleuse au théatre, et
satirique, et qui n'est mème pas gaye, car le vice partout ne l'est pas,
vous déviés peutètre que cela tient au gout des saturnales qui me
paroit prédominant dans toute l'europe. c'est le 1er spectacle ou fut
le prince henry, on dit quil ny trouva pas le mot pour rire, en effet
si vous connoissés l'insolence de ce fouillis, vous jugeriés qu'un allemand
qui nécessairement a toute sa vie pris le peuple pour un authomate
a sens commun, et qui voit tant d'effronterie prise pour esprit, et lexa=
men
de conscience universel débité affirmativement par un valet 1 mot biffure
le corps en avant sur le bord du théatre pendant 4 heures de suitte,
doit ètre un peu étourdy du bateau.

vous me dites d'excellentes choses mon cher amy sur le bien que font
les principes économiques, il y a environ 17 ans que la douce amie
nous dit un jour, ce siècle est heureux que vous soyiés venus pour
<2r> édifier quelque chose, car le torrent universel sembloit tendre
a tout détruire par touts moyens: mais mon cher un vase excellent
cassé en deux ne vaut que pour tesson, une demie médecine est une
sorte de poison. loéconomie naturelle, rurale, sociale et politique, ne fait
qu'un tout, mais ce tout a bien des branches qui papillotent et f aux
yeux et font fagot depuis longtemps; il falloit un travail opiniatre et
peutètre une sorte de génie pour faire aincy le tour du monde moral et
lembrasser en un tout, mais il faut une étude suivie et docile pour se rendre
propres touts les resultats et jouer pour ainsy dire de linstrument oécon=
omique. touts lentreprennent en grand ou en détail avant den scavoir
seulement la gamme; les essais en ce genre prolongeront lépaissisement des
ténebres au lieu de les dissiper, et beaucoup feront la fricassée des filles
déson qui firent bouillir inutilement les membres dispersés de leur père
dans lespérance de le rajeunir.

quand vous irés a genève je vous prieray de vous souvenir de
ma commission concernant le sr l'yvernoy. adieu mon très cher je
vous embrasse et j'offre mes tendres Respects chex vous

Mirabeau


Enveloppe

a monsieur
Monsieur de Saconai en son
Chateau de Bursinel près 
Rolle en Suisse
Par Pontarlier


Etendue
intégrale
Citer comme
Mirabeau, Victor de Riqueti, marquis de, Lettre à Frédéric de Sacconay, Paris, 31 août 1784, Collection privée. Selon la transcription établie par Lumières.Lausanne (Université de Lausanne), url: https://lumieres.unil.ch/fiches/trans/924/, version du 23.09.2020.
Remarque: nous vous recommandons pour l'impression d'utiliser le navigateur Safari.