Transcription

Mirabeau, Victor de Riqueti, marquis de, Lettre à Frédéric de Sacconay, Paris, 15 avril 1783

de paris le 15 avril 1783

cher amy votre lettre derniere fourrée dans mon bureau
sous un tas de papiers, ne me reparoissant plus, ma tête fatiguée
et harassée de détails, de sursauts, et de hate, s'étoit persuadée
que je vous avois répondu et donné part comme aux autres
(et certainement je le devois avant touts autres, absent du moins)
du gain de mon procès. cependant je ne voyois point arriver
votre compliment et enfin votre lettre s'est retrouvée et j'ay
tort.

j'ay donc gagné mon procès dès la fin du mois passé, cest a dire
que les demandes de ma partie étoient si extravagantes qu'au
lieu de 800'000 lb qu'elle me demandoit je ne lui devray rien
mais ce n'est qu'un amas de folie et de prestiges qui a été dissipé
et il n'en demeure pas moins 1o la ruine qui résulte de ces sortes de
scissions après 38 ans de ruine de ma part 2o la dotation de mes
enfants a ma charge. 3o les frais de procédure devenus énormes
dans ce paÿs cy; la levée seule de l'arret me coutera près de 5000 lb
sans les frais et dépends compensés, et deux arrets de détail contre
moy, 4o une queue encor pour un raport de mes réparations et
améliorations qui m'a été accordé, en compensation d'un raport
qu'ils n'ont pas voulu casser et qui avoit eté fait tout contre moy
en un temps ou elle arriva dans ses terres, a grand bruit et thriom=
phe, et ou personne n'osoit etre pour moy, contre une folle accompag=
née, et qui ordonnoit de battre du 1 mot écriture &c.

il résulte de tout cela cher amy que de mèmes qu'en finance déroutée
ils disent que les premieres années de la paix sont pires que la guerre.
<1v> j'ai maintenant le temps le plus dur, ajoutés a cela que mon fol
qui va échouer en provence comme il eut fait a pontarlier 1 mot biffuresape son
beaufrère, a mis le feu dans ce paÿs lâ, et se fait charger a cartou=
ches par ses adversaires, armés de mes propres lettres dont ils violent
le depost, et tout est livré a l'impression avec fureur. ajoutés
que sa soeur fait icy le mème bruit contre la famille ou elle est
entrée, et vous jugerés si votre amy a la paix que vous luy
désirés

pardon mon cher amy de ce détail que je vous devois et pardon
surtout de l'avoir différé par les raisons susdites que dieu vous
maintienne santé et sérénité, mes tendres respects a vos dames et 
je vous embrasse de tout mon coeur.


Enveloppe

a monsieur
Monsieur de Saconai à Berne
en Suisse
Par Pontarlier


Etendue
intégrale
Citer comme
Mirabeau, Victor de Riqueti, marquis de, Lettre à Frédéric de Sacconay, Paris, 15 avril 1783, Collection privée. Selon la transcription établie par Lumières.Lausanne (Université de Lausanne), url: https://lumieres.unil.ch/fiches/trans/897/, version du 09.09.2020.
Remarque: nous vous recommandons pour l'impression d'utiliser le navigateur Safari.