Transcription

Girard, Grégoire, dit le Père Girard, Lettre à Johann Heinrich Füssli, Berne, 01 juin 1802

Au membre du Petit Conseil
chargé du Département de l'intérieur

Citoyen

Je viens, comme j'ai eu l'honneur de Vous en prévenir, récla=
mer auprès de Vous les indemnités qui me sont dues, et Vous
exposer en même tems les raisons, qui m'engagent à faire une demar=
che, que j'aurais volontiers remise à un autre moment.

Une loi du 19 juin 1799  ordonne que le Ministre du culte catholique
à Berne recevra par mois un traitement de cent soixante francs.

J'étais à jour au dernier octobre 1801, depuis lors je n'ai été payé que
pour les mois de Janvier et fevrier 1802 ainsi qu'aujourdhui 1 Juin.
j'ai 5 mois a repeter y compris Novembre et decembre de la der=
nière année. Les deux mois doivent ils être compris dans l'arrière?
Personne n'en a décidé ainsi, et j'ai lieu de croire le contraire, puisque
lors du premier arrieré, il ne fut point question de moi. On m'a
considéré comme un employé au Bureau du Ministère des
arts et des sciences.

Il est vrai que mon traitement est assez considérable pour que je
puisse faire quelques épargnes sur mon entretien, mais ces épar=
gnes ne peuvent pas me conduire fort en avant et d'ailleurs un
Ministre de la religion est toujours entouré d'une multitude de pau=
vres et de malades, qui implorent son assistance. Comment les laisser
en proye au besoin? Je Vous avoue franchement que je ne pourrais
plus tenir à mon poste, dès le moment, ou inquiet sur ma propre
subsistance, je ne pourrais rien faire pour les malheureux que
mon ministère appelle auprès de moi.

Si le gouvernement eut fait choix d'une autre personne pour
remplir mes fonctions, il aurait eu peut être un créancier plus
patient que moi; Mais je suis religieux, par conséquent sans pa=
trimoine, sans autres ressources que mes appointements. Cette
circonstance excusera sans doute mon importunité, si elle pouvait
paraitre répréhensible.

Outre mon traitement de tous les mois, un décret du 10 décembre
1799  m'a alloué une augmentation annuelle de trois cent vingt
francs pour subvenir aux dépenses nécessaires pour la célébration
du culte. Voici l'emplois de cette somme

  L.
A l'organiste 80
A son aide 20
Au sacristain 128
Au sonneur 48
Les deux derniers sont tous les jours de
service
 
Restent 44 francs pr le Luminaire,
Le pain, le vin etc.
276

<203v> J'avais coutume de demander et de toucher ces L. 320
en deux termes différens, au 15 dêcembre et au 15 Juin.
Je n'ai rien reçu au 15 decembre et j'ai été obligé de faire
des avances, parceque mes employés ne sont pas à leur aise,
et que c'est d'ailleurs avec moi seul, qu'ils ont contracté.

Citoyen Conseiller d'état j'ai cru devoir mettre tous ces détails
sous vos yeux, afin que Vous puissiez d'autant mieux juger et de
la demande que je Vous fait, et des motifs, qui l'ont dictée.

Salut & respect

G. Girard Min. du culte cath.
près les aut. supr. de la Rép.

Berne le 1er Juin
1802.

Au dernier May 1802 il m'etait dû 5 mois de mon traitement
c'est à dire L. 800. J'en demande le payement.

Au 15 Juin 1802 Il me sera dû L. 320 pr les frais du culte. Je
demande a pouvoir les toucher à cette époque.

Etendue
intégrale
Citer comme
Girard, Grégoire, dit le Père Girard, Lettre à Johann Heinrich Füssli, Berne, 01 juin 1802, cote AFS B0 1000/1483, vol. 1342, f. 203r-v. Selon la transcription établie par Damien Savoy pour Lumières.Lausanne (Université de Lausanne), url: http://lumieres.unil.ch/fiches/trans/1248/, version du 20.11.2020.
Remarque: nous vous recommandons pour l'impression d'utiliser le navigateur Safari.