Transcription

La Harpe, Frédéric-César de, Lettre à Henri Monod, Tsarskoïe Selo, 09 mai 1787

Tsarsko-Sélo et Petersbourg le 9e May 1787

Votre Lettre mon cher ami! m'a pénétré jusqu'au fonds de
l'ame par les nouvelles preuves d'amitié que vous m'y donnés, mais je me
répens bien fort d'avoir pu vous donner tant d'inquiétude.
Ma Lettre du 13e Avril que vous avés sans doute reçue vous
aura deja rassuré, mais je suis d'autant plus intéressé
à vous répondre dans ce moment un peu en détail que
notre Correspondance va être interrompue pour 2 mois
par le Voyage que nous allons faire à Moscou, et qui
doit comencer le 21e du courrant.

Il est vrai que ma Santé n'est point bonne, et
que les tâches jaunes que j'ai repris ce printems n'anon=
cent pas que mon physique soit en bien bon Etat, mais
je ne suis pas malade: ainsi mon bon ami soyés tranquille
pour le moment je vous en conjure. Le Climat, la
nourriture, le défaut d'action et d'Exercice, sont les causes
physiques les plus prochaines; quant aux morales elles
vous sont maintenant un peu connues. je dis un peu,
car vous il est impossible avec vos données d'en 1 mot biffure voir l'éten=
due et il ne m'est guéres possible de l'aggrandir.

J'ai éprouvé je vous l'avoue d'étranges mouvemens
au dedans de moi au sujet rélativement à votre Invita=
tion... 1 mot biffure et puis j'ai conclu come dans ma lettre
du 31 Xbre qu'il falloit encore attendre quelque tems avant
de prendre un parti définitif: l'Etat de ma Santé
après mon retour doit en décider, car il ne s'agit
<1v> pas de s'avancer à demi, pour reculer ou se répentir
après une fausse démarche. jusqu'à la fin de la ligne biffure
Mr que nous connaissons également.

Les nouvelles que vous me donnés du Pays m'ont fait le
plus grand plaisir. Je me suis promené avec vous sous
les maroniers du château vers Bonjean, le long des bords du
lac, avec votre petit bon home, nous avons jasé du
monde et en nous comuniquant nos observations mutuelles
nous nous somes convaincus que souvent le valet de
Chambre du Valet de Chambre avoi étoit le moteur des
plus grandes affaires et que l'argument de la Servan=
te de Thémistocle dont nous nous somes tant moqués
à l'Ecole est plus juste qu'on ne pense. Polier
dont j'ai reçu une lettre peu de jours après la votre me
mande la Conclusion de l'Affaire de Viret qui
auroit mieux fait de demeurer au Service de Tipo-=
Saïb. quand J'apprends aussi que notre Steiguer au
Chef branlant l'a en fin emporté sur ses compéti=
teurs; ainsi vous voila vengé de mon voisin de Mont.
Il faut l'avouer Mon bon ami! quand le nom de ces Bernois frappe
ma vuë, je 3 mots biffure suis tenté de ne jamais me
remettre en leur puissance: je hais le Despotisme,
mais j'abhorre encore davantage s'il se peut, les
maximes olygarchiques qui anéantissent les talens,
le Genie, les Sentimens élevés, et rappétissent l'hom=
me <2r> en le condamnant à être toujours l'Inférieur
d'une Classe d'autre qui ne met la d'Homes dont labjecte
Politique consiste à vouloir tout abbaisser. J'ai
vu de près les abus de la monarchie illimitée, mais les
Coups d'Authorité d'un 1er Ministre sont peut être moins sensi=
bles que ces distinctions si humiliantes dans des Républi=
ques où l'Education est la même, et où chaque
home apprend dès son enfance qu'il n'a de maitre que les
Loix et qu'il est l'égal de tous les autres. En vérité il me
semble quelque fois qu'il vaudroit mieux courir les forêts
de l'Amérique avec les Iroquois ou Crics que de
s'exposer à
3 mots biffure l'humiliation et je ne
vous cache pas que si j'étois dans des circonstances
à pouvoir choisir librement, je serois tenté d'aller
chercher un Refuge sur les bords de la Delaware
ou de la Savanna, ou de la Riviére James, lorsque
du moins la Constitution de ces nouveaux Etats sera affermie
par de bonnes loix dont qu'on a lieu d'espérer de la 1ere ferveur de Peuples
qui ont fui la Tyrannie. Ce projet n'est pas
aureste de nature à pouvoir s'éxécuter, car le
moyen de s'éloigner de ses parens, de ses amis
et de de tous ceux que l'on aime?

Pour en revenir à votre lettre, je vous félicite
<2v> du beau tems dont vous jouïssés, et vous éxhorte à en
profiter: Mon Dieu! coment habiter là ou il géle
pendt 9 mois de l'année? Il y a 15 jours que nous
eumes 23 pouces de neige. Peu de jours après les arbres
comencérent à pousser, et depuis 8 jours tout
étoit verd lorsque la neige et le vent du nord
sont venus nous replonger dans l'hyver; mais aussi
coment espérer la verdure au comencement de May?
Je ne l'ai pas encore vue en force avant la fin de may ou
le comencement de Juin. On attend les L... En
mon particulier je serai bien aise de les revoir pour parler
de vous, mais pour eux ils 1 mot biffure vont oublier
ce qu'ils ont appris et rentrer dans le néant de l'Etat
de Sergent où ils croupiront jusqu'au moment ou
leur tour arrivera d'être fait officiers.

Notre ami com
Causons maintenant un peu des affaires de M notre
ami comun.

L'affaire que vous lui proposés est certainement très
avantageuse: il connoit la Dame pour l'avoir vue
souvent, sa famille, ses facultés, sa bonne
Education tout celà lui est connu: Eh bien mon
bon ami. Tout en étant pénétré de reconnoissance
pour le Service que vous voudriés lui rendre en cette occa=
sion, il ne peut l'accepter et voici ses raisons

<3r> 1° En général il a de l'Eloignement pour le mariage, et sur=
tout pour tout mariage de pure convenance, quoiqu'il ne nie
pas la possibilité de bien vivre avec une compagne estiméeable qu'on
auroit épousé s'ans l'aimer.

2° Sa répugnance po ne scauroit être vaincue que par une passion ou par
quelque chose qui en approchat, et il comence à n'être plus dans l'âge
où l'on se passionne aisément. S'il n'eut même écouté que celle ci,
peutêtre qu'en s'avançant et avec quelques soins de plus il auroit pu
avoir une feme très bien née, jolie, passablement riche, d'un
caractêre aussi sur qu'on en trouve là où il est, et qui lui
vouloit quelque bien: C'est beaucoup je vous assurre que sa raison
l'ait emporté sur son coeur: jugés s'il lui seroit possible d'aller
plus loin avec une autre.

3° Il a été Legiste dit-il et il a quitté ce metier pour en embrasser
un 2d et voilà qu'il le quiteroit celui ci pour retourner chez lui les mains
aussi vuides que quand il en est sorti: que penserait on alors d'un
home qui ayant des moyens de se faire un Sort seroit arrivéroit
à 33 ans sans avoir fait un pas vers la fortune? On jugeroit
mal d'un tel home à moins d'être parfaitement instruit de ses
motifs. j'en jugerois ainsi dit-il et je dois croire que je serais jugé
de même. mais pendt l'absence qu'importe la jaserie? on scait bien
d aïlleurs que c'est le présent qui occupe les homes, et celui qui manque depuis longtems
est prèsque à moitié oublié. Il ajoute qu'ayant quitté son pays en=
tr'autres raisons pour acquérir l'Indépendance, et ayant avalé à cette
intention couleuvres sur couleuvres, la seule chose qu'il y ait gagné
a été est d'être seul maitre et juge de ses actions privées, 1 mot biffure; or il
ne pourroit plus supporter de rentrer la dépendance uniquement pour
sa subsistance. Il faudroit qu'il fut bien assurré d'une feme
surtout pour consentir à lui devoir 2 mots biffure son indépendance.

4° Ce même desir d'indépendance l'éloigneroit de toutes les affaires dans
son pays. Il ne voudroit même y vivre que come en une terre
étrangère dont l'aspect riant lui plait parce qu'elle est la
demeure de tout ce qu'il a de plus cher au monde, mais
<3v> à moins de circonstances bien particuliéres et imprévues il ne
voudroit point s'y marier. ni

5° Sa fortune n'étant pas même comencée, et ne pouvant se résou=
dre à revenir planter des choux, il ne lui reste qu'à chercher
ailleurs les moyens de réparer le tems possible perdu, d'une maniè=
re 1 mot biffure tolérable et sans achever de ruiner sa santé ou
d'altérer de perdre tout à fait sa bonne humeur.

6° La vie d'home de lettres avouet-il a toujours été pour beau=
coup dans tout ce qu'il a entrepris, et peut-être n'at-il échoué dans
ses projets de fortune que pour n'avoir pu chasser cette image
de sa tête cette image qui y s'y reparoit sans cesse ornée de
charmes réels ou illusoires. Il pense qu'après 2 Essais manqués il
lui est bien permis d'être tout simplement home de lettres d'autant
plus que cette qualité n'est pas un obstacle à l'indépendance qu'il
désire avec tant d'ardeur. Souvent, d'après son propre aveu le
desir de la renomée a troublé son repos, mais il demande s'il est
le seul àqui pareille chose arrive: laissons lui croyès moi cette illusion
qui lui a couté deja bien des peines et des soucis et que nos représen=
tations ne pourront détruire si son expérience ne nous seconde.
at-il ou n'at-il pas ce qu'il faut pour réussir? Le Succès
seul peut en décider et il est fortement déterminé à le tenter l'a=
venture pour s'en assurer. au reste je le connois assez pour
vous promettre que s'il échoue, il ne persistera pas à
augmenter la foulle des auteurs tombés. Il ne veut même
être connu qu'après avoir s'être assurré, du moins de l'approba=
tion de quelques homes de mérite, et cette expérience il la
prépare dans ce moment. N'étant pas à portée des presses et de la
gent imprimante il vous prie même de vous informer sous main,
si La Combe ou quelque autre ne voudroit pas se charger cette année
de l'Impression d'un Mémoire qu'il espère être achevé bientôt. Rendés lui
<4r> ce bon office, car outre qu'il est bon de fermer quelque fois les
yeux sur les foibles de ses amis, il m'a prèsque convaincu qu'il
pourroit lui convenir dans ses circonstances d'être connu par l'impression.
il ne peut Sa Vocation actuelle n'est pas de nature à pouvoir être
abandonnée tout de suite, même pour un Cas de maladie, aussi
l'ai je bien éxhorté à se consulter et à ne faire aucune démar=
che hazardée, dont il put se répentir dans la suite. Tel a
été en bref le résultat de nos Entretiens que je vous transmets
en désordre ne pouvant faire mieux.

Vous verrés cet Eté ou cet automne Mr Gaudot qui va à Mont=
pelier avec son éleve. Je vous le recomande come un home qui
m'a rendu de vrais services dans ce pays et dont la perte m'est très
sensible: Son esprit et sa conversation se recomandent 1 mot biffure
seuls. Parlés lui de moi ensemble à coeur ouvert: il pourra
satisfaire à toutes vos questions.

Je finis ma lettre en ville, car il n'y a
point de poste réglée de la Campagne,
et je suis toujours embarrassé de
faire parvenir mes lettres. Notre
voyage est toujours sur: Nous serons
15 jours en route jusqu'à Moscou, et
autant au retour: quant à la longueur
du séjour je l'ignore. Dumoins aurai-je l'occasion de voir le pays
et peut-être celle de rétablir un peu ma Santé. Je vous
écrirai avant mon départ ou de la route si je scais coment
m'y prendre. Adieu mon cher bon ami. il ne m'est pas possible
de vous dire combien les témoignages réitérés de votre amitié me
touchent; vous me rendés ma bonne humeur en me faisant sentir qu'il
est un coin du globe où j'ai de bons amis. Je vous embrasse de tout
mon coeur. Mes Respects à Mr votre Père, à Mlle votre Soeur, et à Madame
votre Epouse: baisés en amourette votre petit bonhome, mes amitiés à
Mayor, et des Complimens à Forel, Mandrot &c.: ce dernier ne me prend-il
pas pour un Gascon ou tout au moins pour un vendeur de fumée
? J'emporterai avec
moi la permission et je la ferai signer à Golofkine: de mon côté il n'y manque=
ra rien.

Votre Mr Pache doit être parti pour Orenbourg
à 3000 verstes d'ici. Il ne seroit pas impossible
qu'en faisant la guerre aux Kirguises, il ne fut fait
prisonier et vendu aux Boukàres: quel domage!
Sa Soeur est dans une maison
où l'on ne tarit pas sur les
éloges. 

Notre chef et les 2 Sous G
NB) Depuis peu de jours mon chef a recu une bague de 10.000 R, les 2 Sous-gouverneurs des boïtes de 3000, mes collégues et moi des compli=
mens 


Enveloppe

A Monsieur

Monsieur Monod Docteur ès droits
Assesseur baillival &c.
à Morges Canton de Berne
en Suisse 


Note

  Public

Cette transcription a été établie dans le cadre du projet La Harpe et la Russie (1783-1795).

Etendue
intégrale
Citer comme
La Harpe, Frédéric-César de, Lettre à Henri Monod, Tsarskoïe Selo, 09 mai 1787, cote BCUL IS 1918/H33, 118. Selon la transcription établie par Lumières.Lausanne (Université de Lausanne), url: http://lumieres.unil.ch/fiches/trans/1093/, version du 05.04.2019.
Remarque: nous vous recommandons pour l'impression d'utiliser le navigateur Safari.