Fiche biographique

Court de Gébelin, Antoine (v. 1725 - 1784)

Naissance
v. 1725 à Nîmes
Décès
05.1784 à Paris
Confession
Protestant
Lieu d'origine
Lausanne (dès 1752)
Nationalité
Français, naturalisé suisse
Etat civil

Fils d'Antoine et d'Etiennette Pagès, dite Rachel. Célibataire. Son père quitte la France et s'installe à Lausanne en 1729.

Biographie

C. a une formation encyclopédique donnée par son père et Jean-Philippe Loys de Cheseaux. Etudes à l'Académie de Lausanne (thèse de théologie le 4 juin 1754). Consacré en septembre 1754, C. devient lecteur au séminaire de Lausanne fondé par son père.
Secrétaire bénévole de Charles Guillaume Loys de Bochat, puis de son père (1743-1760). C. enseigne la morale et la logique au séminaire de Lausanne. Après l'échec des Toulousaines en 1763 il quitte Lausanne et se rend en France, où il tente d'être nommé député des Eglises réformées pour le synode de Nîmes de 1763. C. devient correspondant des Eglises, poste auparavant occupé par son père. Nommé censeur royal en 1781. Il participe à l'Encyclopédie méthodique et tente de monter une banque protestante pour acheter un édit de tolérance pour les réformés et essaie également de mettre en place un journal protestant (1766). Ce projet de journal échoue, comme celui de banque. Après son départ de Lausanne, C. habite à Paris. Il fonde ou participe à la fondation de plusieurs sociétés: Société de l'Etoile, Société libre d'émulation de France, Société Apollinienne (président), qui devient en 1781 le Musée de Paris. Membre ou associé de la Société économique de Berne, de l'Académie royale de La Rochelle, de l'Académie de Dijon, de l'Académie de Rouen, de l'American Academy of Arts and Sciences.
C. défend le protestantisme dans ses écrits. Il a également une activité maçonnique, co-fondateur du Rite des Philalèthes dans la loge des Amis Réunis, membre de la Loge des Neuf-Soeurs dans laquelle il parraine Voltaire en 1778.
C. souffre de la maladie de la pierre, de laquelle il se croit guéri par le magnétisme de Mesmer, mais il meurt dans l'hôtel parisien de son magnétiseur la nuit du 10 ou du 13 mai. Inhumé provisoirement à Paris, son corps est transféré le 10 juillet 1784 à Franconville dans le tombeau érigé par le comte d'Albon.
(source: tiré de A. Boës-Anthouard "Antoine Court de Gébelin", in J. Sgard, Dictionnaire des journalistes (1600-1789), notice n° 201, consultée le 01.05.2017)

Il suit une première formation à l'Académie de Lausanne (philosophie, géométrie, logique, théologie) dès 1741. En 1753, il est inscrit à l'Académie de Genève (hébreu, grec, logique, théologie, physique et histoire ecclésiastique) et y défend sa thèse l'année suivante.
(Source: ??)

Commentaires sur son oeuvre/ses écrits
Fonctions publiques et privées
  • ? - 1763  professeur de morale et de logique au séminaire à Lausanne
  • 1754 - ?  lecteur au séminaire à Lausanne
  • 1781 - ?  censeur royal à Paris
Sociétés et académies
  • Société économique - Berne (1759-?)
  • Académie royale - La Rochelle
  • Séminaire français - Lausanne
  • Académie - Dijon
Relations et contacts

Fonds d'archives

Bibliothèque de Genève (BGE), Fonds Antoine Court, CH BGE Ms. Court.

Publications
Littérature primaire
Littérature secondaire