Fiche biographique

Courlande, Caroline-Louise, duchesse de (1748 - 1782)

Naissance
14.08.1748 à Arolsen (DE)
Décès
18.08.1782 à Lausanne
Confession
Lieu d'origine
Nationalité
Allemand
Etat civil

Duchesse héréditaire, princesse de Waldeck. Fille de Charles-Auguste-Frédéric, prince régnant, et de Henrique Christianne, fille du comte palatin de Deux-Ponts-Birkenfeld. Sœur des princes de Waldeck : Charles Christian Louis (1742-?), Charles-Auguste-Frédéric, (1743-?), Christian-Auguste (1744-?). C. épouse, en 1765, Pierre Biron (1724-1800), duc de Courlande dès 1769, union marquée par la mort d'un fils en bas âge et qui se terminera par un divorce en 1722.

Biographie

La date de sa première visite à Lausanne est située au 11 octobre 1768.

"Précédemment ses deux frères, les princes de Waldeck, y étaient venus en étudiants entre 1761 et 1762. Elle revint pour un plus long séjour le 8 avril 1777 et, en mars 1779, elle «intervint en faveur du jeune Charles de Bottens qui solicitait une place de gouverneur à la cour de Saxe-Gotha». La duchesse habita dès 1781 la campagne de Mon-Repos et participa à la vie mondaine de la bonne société lausannoise. Elle mourut soudainement à l'âge de 34 ans, le 18 août 1782 à dix heures du soir, lorsqu'« un septième accès de convulsions fut le dernier de tous ». Polier décrit les funérailles qui eurent lieu le 22 août, avec la liste de toutes les personnalités venues lui rendre un dernier hommage. Par-delà les mondanités, cette affluence témoigne de la haute considération que la jeune femme avait su inspirer et de la grande tristesse provoquée par sa mort."
(source : extrait tiré de N. Güttinger, "Monuments en exil: Les cénotaphes Courlande et Walmoden", in Cassina, Gaëtan et alii (dir.), Destins de pierre : Le patrimoine funéraire de la cathédrale de Lausanne, Lausanne : Cahiers d'archéologie, 2006, p. 117-118)

Commentaires sur son oeuvre/ses écrits
Fonctions publiques et privées
Sociétés et académies
Relations et contacts
  • Connaissance proche: Tissot, Auguste

Fonds d'archives
Littérature secondaire