Fiche biographique

Comte, Charles (1782 - 1837)

Naissance
25.08.1782 à Ste-Enimie (FR)
Décès
10.12.1837 à Lausanne
Confession
Lieu d'origine
Ste-Enimie (Lozère) / Ropraz (VD)
Nationalité
Français
Etat civil

François Charles Louis. Fils de Jean-Jacques et de Jeanne-Louise née Chaudet. Epouse en 1818 la fille de Jean-Baptiste Say, industriel et économiste français. Père d'Hippolyte (1821-1880), avocat et industriel.

Biographie

Juriste, études de droit à Paris jusqu'en 1806. C. est professeur honoraire de l'Académie de Lausanne à la chaire de droit naturel, de droit public et d'économie de 1821 à 1823. Il succède à Henri Carrard et est remplacé par François Pidou après son départ pour des raisons politiques. Membre du Conseil de préfecture de la Seine (depuis le 18 septembre 1830), procureur du roi près du Tribunal de la Seine (du 28 septembre 1830 au 12 mars 1831), C. est révoqué de ce poste pour indiscipline avant de devenir, depuis le 5 juillet 1831, député de la Sarthe. En 1828 il obtient le Prix Montyon de l'Académie des sciences morales et, en 1837, il devient membre et secrétaire perpétuel de cette même Académie. C. est le gendre de l'économiste français Jean-Baptiste Say, dont il traduit plusieurs ouvrages. Le 22 novembre 1821, à Genève, il offre de donner un cours complet de droit naturel moyennant l'indemnité attibuée par la loi au professeur chargé de ce cours. Le Conseil d'Etat accepte son offre, mais nous ne savons pas s'il donne effectivement ce cours. Le 10 août 1822, à Lausanne, il est exempté des examens pour la nomination de la chaire de droit.
(sources: d'après M. Kiener, Dictionnaire des professeurs de l'Académie de Lausanne (1537-1890), 2005, p. 139-149; D. Tappy et alii, 300 ans d'enseignement du droit à Lausanne, 2010, p. 48)

Dès les débuts de la Restauration, C. acquiert une réputation de défenseur des idées libérales et constitutionnelles. Il combat l'ordonnance de police qui préservait l'observation des fêtes et dimanches et fait paraître avec M. Dunoyer "Le Censeur", un recueil périodique où il propose de faire "l'examen des actes et des ouvrages qui tendraient à détruire ou à consolider la constitution de l'Etat". Il attaque également ouvertement le pouvoir de Napoléon à travers un écrit intitulé "De l'impossibilité d'obtenir une monarchie constitutionnelle sous un chef militaire et particuliérement sous Napoléon" qui paraît quelques jours avant l'entrée de l'Empereur à Paris. Sous la seconde Restauration, C. est à plusieurs reprises traduit en justice et emprisonné. En 1820, risquant deux mille francs d'amende et deux ans de prison, il se réfugie en Suisse, d'abord à Genève puis à Lausanne. Après avoir briévement occupé la chaire de droit naturel à Lausanne, le ministre de France obtient son explusion. C. se rend alors en Angleterre où il demeure dix-huit mois. De retour en France après cinq ans d'exil, C. n'obtient pas sa réintégration sur le tableau des avocats de Paris, mais il se consacre à la rédaction de plusieurs ouvrages, dont son "Traité de législation" qui lui vaut le prix de l'Académie des Sciences morales et politiques. Après la révolution de juillet, C. est élu membre du conseil de préfécture de la Seine, procureur du roi puis député du collège de la Sarthe. Dès 1831 il peut reprendre sa profession d'avocat.
(source : d'après la base de données en ligne des députés français depuis 1789, site de l'Assemblée Nationale, "François, Charles, Louis Comte", biographie extraite du Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889, vol. 2, p. 164)

Commentaires sur son oeuvre/ses écrits
Fonctions publiques et privées
  • 1821 - 1823  Professeur honoraire de droit naturel, de droit public et d'économie à Lausanne
  • 1830 - 1831  Membre du Conseil de préfecture à Seine (FR)
  • 28.09.1830 - 12.03.1831  Procureur du roi près du Tribunal à Seine (FR)
  • 05.07.1831 - 1837  Député à Sarthe (FR)
Sociétés et académies
  • Académie - Lausanne
Relations et contacts
    Fonds d'archives
    Publications
    Littérature primaire
    • Manuscrit
      • Vallotton, Louis, Cours de droit naturel donné par Charles Comte, Lausanne, 1821-1822  [ fiche du manuscrit ]
    Littérature secondaire