Fiche biographique

Bertrand, Jean-Elie (1737 - 1779)

Naissance
13.08.1737 à Orbe
Décès
26.02.1779 à Neuchâtel
Confession
Protestant
Lieu d'origine
Orbe et Yverdon
Nationalité
Suisse (VD)
Etat civil

Issu d'une famille huguenote du Dauphiné (Nyons, FR), arrivée en Suisse en 1684 et devenue bourgeoise d'Orbe (1699) et d'Yverdon (1711). Fils de Jean, pasteur, et de Marguerite Sébastienne Carrard.

Biographie

B. éudie la théologie à l'Académie de Lausanne dès 1751 et est consacré pasteur à Neuchâtel le 3 août 1763. En 1764, Frédéric II, roi de Prusse, lui propose la chaire d'histoire de l'Académie de Berlin, mais il refuse ce poste. Il renonce à ses fonctions ecclésiastiques en 1769 et s’engage aux côtés de Frédéric Samuel Ostervald dans la gestion de la Société typographique de Neuchâtel, fondée la même année avec deux autres Neuchâtelois, Samuel Fauche et Jonas Pierre Berthoud. Suite à la publication d'une contrefaçon du Système de la nature du baron d'Holbach, son beau-père F. S. Ostervald est forcé de quitter ses fonctions publiques.  Bertrand est destitué du ministère et on lui retire sa chaire de professeur en août 1771. Il sera cependant réhabilité et de retour au sein de la Compagnie des pasteurs en 1775.
(source: d'après J.-D. Candaux, "Jean-Elie Bertrand (1737-1779)", in Dictionnaire des journalistes (1600-1789), consulté le 10.06.2015)

Commentaires sur son oeuvre/ses écrits

"L'oeuvre de B. a plusieurs facettes. Il a commencé par publier une nouvelle édition «corrigée et considérablement augmentée» du Voyage d'un François en Italie de Jérôme de Lalande, Yverdon, 1769-1770, 8 vol.– Il a fait oeuvre à la fois d'éditeur et de compilateur en dirigeant une nouvelle édition, «publiée avec des observations et augmentée de tout ce qui a été écrit de mieux [...] en Allemagne, en Angleterre, en Suisse, en Italie» des Descriptions des arts et métiers, faites ou approuvées par Messieurs de l'Académie royale des sciences de Paris, Neuchâtel, Société typographique, 1771-1783, 19 vol. in-4°. Après le décès de B., l'ouvrage fut achevé par Struve le fils. Selon Jeanneret et Bonhôte, il s'agit du «plus beau monument de notre imprimerie neuchâteloise».– B. n'a publié de son cru que des ouvrages religieux, à savoir : Sermons sur divers textes de l'Écriture sainte, Neuchâtel, Société typographique, 1773, 2 vol., 2e éd. (rectifiée), ibid., 1779, 2 vol.– La Morale évangélique, ou discours sur le sermon de Jésus Christ sur la montagne, Neuchâtel, Société typographique, 1775, 7 vol.– Sermons pour les fêtes de l'église chrétienne, Yverdon, De Felice, 1776, 2 vol."
(source: extrait tiré de J.-D. Candaux, "Jean-Elie Bertrand (1737-1779)", in Dictionnaire des journalistes (1600-1789), consulté le 10.06.2015)

Fonctions publiques et privées
  • 1757 - 1759  recteur au Collège à Neuchâtel
  • 1759 - ?  professeur de belles-lettres (interruption 1771-1775) au Collège à Neuchâtel
  • 1763 - 1779  pasteur (interruption 1771-1775) à Neuchâtel
  • 1769 - 1779  administrateur à la Société Typographique à Neuchâtel
Sociétés et académies
Relations et contacts

Fonds d'archives
Publications
Littérature primaire
Littérature secondaire