Fiche biographique

Gillies, John (1747 - 1836)

Naissance
18.01.1747 à Brechin
Décès
05.02.1836 à Clapham
Confession
Protestant
Lieu d'origine
Nationalité
Ecossais
Etat civil

Fils de de Robert Gillies de Little Keithock, marchand, et de Margaret née Smith.

Biographie

Etudes à l'université de Glasgow, sous la protection du principal Leechman et du professeur Moore, duquel il tire son intérêt pour le grec. G. enseigne le grec avant ses 20 ans suite à la maladie du professeur en charge. G. abandonne rapidement l'enseignement pour se rendre à Londres avec l'idée de se consacrer entièrement à l'écriture. Il se rend sur le continent pour apprendre différentes langues. A son retour, il est engagé par le comte de Hopetoun pour accompagner son fils Henry en tant que tuteur lors de voyages. En 1777, le comte lui attribue une rente à vie. Mais le jeune homme meurt à Lyon et G. revient en Angleterre. G. doit ensuite prendre en charge deux autres fils du comte sur le point de voyager sur le continent. L'un est John, futur Sir John Hope et comte de Hopetoun, l'autre est Alexander, futur Sir Alexander Hope, lieutenant-gouverneur de l'hôpital de Chelsea. Entre ses deux engagements en tant que tuteur, G. publie en 1778 son premier ouvrage, "Orations of Lysias and Isocrates". Vers la même époque, G. reçoit le diplôme de docteur en droit.
G. termine son engagement en tant que tuteur en 1784 et revient alors en Angleterre. En 1786, G. publie son ouvrage le plus connu, "History of Ancient Greece". Ce livre est édité à plusieurs reprises et lui vaut une grande réputation. En 1793, G. devient historien de la cour écossaise à la suite de Robertson. Il est élu membre de différentes sociétés en Ecosse. G. est  membre correspondant de l'Institut Français et de la Société Royale de Göttingen. Il se marie en 1794. G. continue à publier jusqu'à ce que l'âge l'en empêche. En 1830 il se retire à Clapham, près de Londres, où il meurt en 1836.
(source: tiré de R. Chambers, Biographical Dictionary of eminent Scotsmen, vol. 5, 1855, p. 237-239, et de W. Anderson, The scottish Nation; or the Surnames, Families, Literature, Honours, and Biographical History of the People of Scotland, 1863, vol. 2, p. 304-395)

Commentaires sur son oeuvre/ses écrits
Fonctions publiques et privées
  • v. 1777 - 1784  tuteur à Londres, Paris...
  • 1793 - 1830  historien de la cour écossaise à Londres
Sociétés et académies
  • Société littéraire - Lausanne (1772-1783)
Relations et contacts
    Fonds d'archives
    Publications