Fiche EndNote

Fiche bibliographique

Lovis, Béatrice, « Théâtre professionnel et amateur à Lausanne entre 1789 et 1804 : à l’épreuve des particularismes helvétiques », Etudes Lumières.Lausanne, n° 4, novembre 2016

Type de document
Article de revue
Littérature
Secondaire
Auteurs
  • Lovis, Béatrice   (Auteur)
Titre du document
Théâtre professionnel et amateur à Lausanne entre 1789 et 1804 : à l’épreuve des particularismes helvétiques
Titre de la revue
Etudes Lumières.Lausanne
Numéro de la revue
4
Lieu
Université de Lausanne
Editeur
Lumières.Lausanne
Date
11 / 2016
Langue
Français
Résumé

Entre 1789 et 1804, la vie théâtrale de Lausanne semble marquer un arrêt, aucune troupe professionnelle n’étant autorisée à s’y produire. Toutefois, les tentatives de réintroduire le théâtre dans le chef-lieu vaudois sont multiples, à l’instar de l’initiative du Lausannois Albert Rogguin qui, immédiatement après la chute de l’Ancien Régime sur sol helvétique, désire mettre sur pied une école d’art dramatique et lyrique et faire construire un théâtre national. Les enjeux qui apparaissent dans la correspondance officielle sont révélateurs, d’une part, des grandes difficultés à mettre en place une politique culturelle dans un pays sans pouvoir central fort et, d’autre part, de l’attitude ambiguë des autorités suisses à l’égard du théâtre, longtemps considéré comme un divertissement éminemment français, donc étranger. La tension entre fascination et méfiance, perceptible pendant tout le XVIIIe siècle, est avivée en période de troubles politiques. La Révolution française puis la République helvétique cristallisent de manière exemplaire ces particularismes suisses.

 

The present article studies the status of the theatre in Lausanne between 1789 and 1804, and examines with particular interest the initiative of the Lausannois Albert Rogguin who, immediately after the fall of the Ancien Régime on Helvetic soil, aspired to set up a dramatic and lyrical art school and to build a national theatre in the capital of Vaud. Issues raised in the official correspondence reveal, on the one hand, great difficulties in establishing a cultural policy in a country without strong central power and, on the other hand, the ambiguous attitude of the Swiss authorities towards theatre, for a long time considered as an eminently French entertainment, and thus foreign. The tension between fascination and distrust, perceptible throughout the eighteenth century, deepened during periods of political troubles. The French Revolution then the Helvetic Republic provide pertinent examples of these Swiss particularities.

Sujets
  • Mots-clés:
    • Arts
      • Arts de la scène (théâtre, opéra, ballet)
    • Histoire
      • 8. Révolution vaudoise (1798)
      • 9. République helvétique/Médiation (1798-1815)
      • 7. Révolution française (1789-1799)
    • Lieux géographiques
      • Suisse - Lausanne
    • Littérature
      • Imprimé - Presse périodique
      • Littérature nationale/"helvétique"
    • Philosophie
      • Patriotisme
    • Politique
      • Politique intérieure
    • Société
      • Education
      • Vie culturelle/littéraire
      • Divertissement - Spectacle
  • Personne:
Note

  Public

Transcription liée: Albert Rogguin, Lettre à Philipp Albert Stapfer, Lausanne, 24 août 1798, cote AFS, Archives centrales de la République helvétique 1798-1803, B 1479. Selon la transcription établie par Béatrice Lovis pour Lumières.Lausanne (Université de Lausanne), url: http://lumieres.unil.ch/fiches/trans/768/.

Auteur de la fiche
Béatrice Lovis
Dernière modification
24 Nov 2016 - 16:42 (blovis)

Choisissez le type de document pour la nouvelle fiche