Exposition au Château de Prangins: "Et plus si affinités..." (21.05-11.10.2020)

  • Détail de l'affiche de l'exposition "Et plus si affinités..."

« Et plus si affinités... Amour et sexualité au XVIIIe siècle »


Du 21 avril au 11 octobre 2020

La nouvelle exposition créée au Musée national suisse de Prangins explore les questions liées à l'amour et à la sexualité au XVIIIe siècle.

Aujourd'hui, la sexualité, frontale ou suggérée, est omniprésente dans le flux incessant des images véhiculées dans les médias et le business du divertissement. Mais la sexualité n'a-t-elle pas toujours été une machine à fantasme? Au-delà de la procréation, il est aujourd'hui fort heureusement admis en Occident que la quête de plaisir est indissociable du consentement mutuel et en pleine conscience. Qu'en était-il au XVIIIe siècle? A quels niveaux s'érigeaient les barrières de la censure, de l'acceptable et du punissable? Avait-on le choix de son, sa ou ses partenaires? Autant de questions auxquelles l'exposition Et plus si affinités... donne des réponses parfois surprenantes, toujours documentées.

L'exposition met en avant les aspirations à plus de liberté et la quête de l'hédonisme mises en perspective avec l'affirmation de l'importance de l'amour conjugal, de l'enfant et de la famille. À la frontière entre sphères publique et privée, elle propose un parcours allant de la rencontre à la naissance en questionnant le contrôle de la sexualité mis en place par les autorités mais aussi les imaginaires galants et érotiques, les pratiques contraceptives et le corps genré. Ces sujets sont évoqués grâce à des objets de la vie quotidienne, parfois précieux et rares, et des documents inédits.

L'exposition convoque aussi plusieurs «experts» du XVIIIe siècle en matière de séduction, désir et sexualité. Parmi eux, Casanova qui entreprend en 1760 un voyage en Suisse au cours duquel il multiplie les expériences sexuelles, ou le célèbre médecin lausannois Samuel Auguste Tissot, auteur d'un non moins célèbre livre intitulé De l'onanisme, qui condamne la pratique de la masturbation.

Commissaire de l'exposition : Nicole Staremberg

→ Lien vers le site web du musée (horaires, visites guidées...)
→ Commander le catalogue d'exposition (éd. Antipodes, 183 p., 29.-)

Actualité publiée le 11.06.2020